Présentation Programme Édition Tirages Equipe
Le point de départ, c’est la confrontation d’un corps connu,
celui de Colby Keller, au travail de Rodin et plus précisément de trois bronzes :
Adam (1880-1881)
Bourgeois de Calais, Jean d’Aire nu (1887)
& L’homme qui marche (1907). L’envie était d’utiliser les postures figées de ces sculptures,
ces placements de muscles ramassés comme d’un socle de
représentation, développer un fragment de ces gestes : une
épaule qui se soulève, une cuisse qui avance, une contraction
du ventre ou une position précise du cou. Je me suis rendu compte, assez rapidement, que ces
propositions n’étaient pas toutes reproductibles, que Rodin
avait inventé un corps fictionnel alors que la photographie
directe ne pouvait capter qu’un corps conforme. Alors il a fallu s’éloigner de ces bronzes,
dériver, suivre le corps du modèle là où il m’a amené,
parfois loin et parfois si proche de Rodin. Laurent Champoussin